Code pointage

 

EVOLUTION DU CODE DE POINTAGE

 

En 1928 a lieu la première rencontre internationale en gymnastique féminine. Il est simplement indiqué que chaque juge note sur 20 et que l'écart des notes ne peut exéder 1.75 pt !!! Cet écart n'est absolument pas respecté. En effet, pour la même prestation, la note pouvait varier de 6 à 18 points. A cette date, les entraîneurs et les jurés en gymnastique féminine étaient exclusivement des hommes. Quelques années plus tard, les hommes ont été exclus du jugement international. Cette caractéristique, malgré son aspect catégorique et désuet, est toujours d'actualité.

En 1934, les exercices sont notés sur 10 points, mais le jugement reste aussi imprécis.

Il faut attendre les Jeux Olympiques de Londres en 1948 pour voir apparaître l'ébauche du jugement actuel avec les notions de combinaison, de difficultés et d'exécution.

1958 est une année importante dans l'histoire de la gymnastique féminine. Le programme change, les mouvements d'ensemble disparaissent pour laisser place aux quatre agrès actuels, la musique au sol fait son apparition. Un véritable code pointage naît. Il est prévu cinq juges à chaque agrès et la note finale se calcule en éliminant les deux extrêmes et en faisant la moyenne des trois notes restantes.

Dans les années 70, la variété du mouvement est valorisée. On demande des exigences concrètes.

En 1958, l'enchaînement au sol doit contenir des mouvements et des sauts artistiques, des attitudes, des équilibres, des déplacements, de l'expression. En 1975, l'enchaînement doit être composé de sauts, de séries de sauts, de tours, de différents pas et courses, d'ondes du corps, de combinaisons d'équilibre, de séries acrobatiques et gymniques. La phase finale de l'exercice doit contenir un élément ou une série de difficultés supérieures.

En 1979, le code féminin s'inspire du code masculin. On parle d'éléments de valeur A, B, C et d'un sur-groupe Cr d'éléments à "risque". De nouvelles notions prennent place dans le code :
Le risque, l'originalité, la difficulté.
Le jury se compose de six personnes.
Un Juge Arbitre, quatre juges, une collaboratrice.

Peu à peu, on trouve les grandes lignes du code de pointage actuel.

 

Un grand merci à Morgane pour cette petite synthèse de passages
tirés du livre de R. Barrull "Les étapes de la gymnastique au sol et aux agrès"

 


Haut de page